Geneviève Gosselin-Fleury en mission d’observation électorale en Jordanie

Geneviève Gosselin-Fleury, membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) est actuellement en mission d’observation électorale en Jordanie.

L’APCE et l’observation électorale

L’APCE a été à l’origine de l’introduction  de l’observation parlementaire des élections sur le continent européen d’une manière institutionnalisée. Sa première initiative dans le suivi du processus électoral d’un Etat eut lieu en 1974, dans le cadre du retour de la Grèce au sein du Conseil de l’Europe.

Crée le 5 mai 1949 par dix Etats, en 1989 l’Organisation comptait 23 pays membres. Depuis 1989, 24 nouveaux Etats l’ont rejoint. Cette arrivée de nouveaux membres, issue de la vague d’adhésion des pays d’Europe centrale et orientale, a incité l’Assemblée à systématiser l’observation des élections.

Avec l’institution du statut d’invité spécial et de la procédure de suivi des engagements des nouveaux Etats membres, l’APCE a été la première institution à lier l’adhésion au Conseil de l’Europe au respect de principes en matière d’élections libres et équitables. La mise en œuvre de cette conditionnalité démocratique n’aurait pas été possible sans les informations essentielles recueillies au fil des missions d’observation électorale.

Les missions d’observation des élections concourent à ce que les valeurs universelles défendues par le Conseil de l’Europe  soient mieux connues, comprises, acceptées et partagées, et multiplient de ce fait le nombre d’Etats européens attachés à la démocratie, à la prééminence du droit et au respect des droits de l’homme.

Depuis 1989 l’Assemblée a observé plus de 140 élections parlementaires et présidentielles dans les pays européens, plus de 1800 parlementaires ont été déployés. L’Assemblée a su jouer un rôle de premier plan dans le développement de la coopération international dans ce domaine et de la création du patrimoine électoral européen.

A l’issue des missions d’observation, le président de la délégation rédige un projet de rapport sur la mission d’observation des élections, qui est soumis au Bureau puis à l’Assemblée dans le cadre du rapport d’activité du Bureau.

Lors de ses missions d’observation des élections, l’Assemblée travaille avec des partenaires, notamment l’AP OSCE, le BIDDH, le PE et l’AP OTAN.

Les élections en Jordanie

Les Jordaniens se préparent à élire le 20 septembre les 130 députés au Parlement jordanien parmi les 227 listes et 1266 candidats en lice. Dans un contexte inédit de crise régionale et de dégradation de la situation économique, les autorités entendent à travers ces élections remobiliser la population et donner un nouveau souffle à la vie politique du pays.

img_3344

La députée est déployée à Amman la capitale pour mener cette mission. Dans la perspective de l’élection du 20 septembre, elle assiste à des réunions préparatoires avec les autres observateurs:

img_7613

Ville d’Amman:

img_7604

La délégation de l’APCE est composée de 12 membres de différents partis et conduite par René Rouquet, député socialiste français.

Le Parlement de Jordanie, qui a le statut de « Partenaire pour la démocratie » auprès de l’Assemblée depuis le début de cette année, s’est engagé à tout faire pour que les élections se déroulent conformément aux normes internationales.

La délégation doit rencontrer, entre autres, le ministre de l’Intérieur de Jordanie ainsi que le Président de la Commission électorale indépendante et d’autres responsables des élections, ainsi que des représentants des médias et des ONG locales observatrices.

Le jour du scrutin, la délégation observera les procédures de vote et de dépouillement dans différentes parties du pays.

Le chef de la délégation, René Rouquet présentera ses conclusions préliminaires à l’occasion d’une conférence de presse le mercredi 21 septembre à 13 heures dans la Suite Al Marj de l’hôtel Marriott à Amman, puis lors de la prochaine session de l’APCE à Strasbourg le lundi 10 octobre 2016.

img_3339

Déplacement en Estonie pour la Commission de la Défense

Geneviève Gosselin-Fleury est actuellement en déplacement en Estonie. Elle fait partie d’une délégation de la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, composée de la Présidente de la Commission, Mme Patricia Adam et d’un député  M. Jean-François Lamour.

Au cours de cette visite dense, les députés ont rencontré mardi 13 septembre le Ministre de la Défense Estonien, M. Hannes Hanso, la Ligue estonienne de défense, le Président de la commission de la Défense M. Marko Mihkelson. Il sont ensuite partis visiter de la base aérienne d’Ämari.

Mercredi, les forces de défense seront présentées à la délégation française, ainsi que l’International Centre for Defence and Security (Think tank estonien). La journée se terminera par la visite du Centre d’excellence de cyberdéfense de l’OTAN.

Rencontre avec la Commission de la défense Estonienne

img_3341

Base aérienne d’Ämari

img_3340

AllTogetherNHNF

L’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe lance l’initiative#NoHateNoFear

Cette semaine, la députée Geneviève Gosselin-Fleury siège à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (l’APCE) à Strasbourg.

L’APCE a lancé aujourd’hui l’initiative #NoHateNoFear (PasDeHainePasDePeur) en réponse au terrorisme.

A l’occasion d’une cérémonie spéciale, les parlementaires se sont levés pour dire NON à la haine et à la peur. Ils se sont engagés à donner suite à cette initiative au sein de leurs parlements nationaux.

« Nous devons prévenir la méfiance mutuelle et l’hostilité que la peur du terrorisme engendre car c’est un mal en soi. Tel est le but principal de l’initiative de l’Assemblée #NoHateNoFear », a annoncé le Président de l’APCE, Pedro Agramunt.

« Le terrorisme fait désormais partie de notre vie. Les effroyables attentats perpétrés à Istanbul, Bruxelles, Tunis, Paris et récemment à Orlando ont ôté la vie à nombre de nos concitoyens. Ces tueries motivées par la haine ont laissé de profondes cicatrices qui prendront des années à s’estomper.Le terrorisme est une violence calculée pour créer un  climat de peur, d’angoisse, de panique, de désespoir, de colère et de haine.
Cependant, le terrorisme ne peut triompher que si nous laissons notre peur et notre colère dicter nos actions.

Nous ne devons pas tomber dans ce piège. Nous devons empêcher les terroristes d’atteindre leur but : susciter la division », a-t-il déclaré.

vidéo du lancement de l’initiative:

https://vodmanager.coe.int/coe/webcast/coe/2016-06-20-1/fr/19

Avec l’initiative #NoHateNoFear, l’APCE souhaite mobiliser un maximum d’acteurs – personnalités politiques, chefs religieux, intellectuels, journalistes, représentants de la société civile et simples citoyens – pour dire « NON » à la peur et à la haine.

A l’occasion de la cérémonie de lancement, le Président de l’APCE a, également, salué le puissant message posté par le journaliste français Antoine Leiris sur sa page Facebook après avoir perdu sa femme dans l’attentat du Bataclan, à Paris. « Il est au cœur même de notre initiative », a-t-il conclu.

 

IMG_2261

Geneviève Gosselin-Fleury à l’APCE #NoHateNoFear

annonce-745x420_1

Geneviève Gosselin-Fleury dans « La voix est libre »

Samedi 11 juin, Geneviève Gosselin-Fleury participait à l’émission a Voix est Libre sur France 3 Normandie. Les autres invités étaient Jean-Léonce Dupont, sénateur UDI du Calvados et président du Conseil départemental du Calvados et Guillaume Dauxais, délégué du syndicat Sud rail pour la Normandie.

Les intervenants ont débattu sur la loi travail et les mouvements sociaux autour de celle-ci, notamment les grèves à la SNCF ainsi que l’impact sur l’Euro de football et le Tour de France. Ils ont également abordé l’avenir des lignes SNCF normandes ainsi que la place de la femme en politique et le problème du sexisme.

Retrouvez la vidéo de l’émission à l’adresse suivante:

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/emissions/la-voix-est-libre-basse-normandie

Le premier ministre de l’Etat d’Australie méridionale dans les locaux de DCNS Cherbourg

Suite à l’annonce de la commande de 12 sous-marins français, Le premier ministre de l’Etat d’Australie méridionale (South Australia), Jay Weatherill, était ce vendredi 29 avril dans les locaux de DCNS Cherbourg.

Les sous-marins commandés seront construits dans cet état du South Australia sur les chantiers naval d’Adelaïde. Le premier ministre était accompagné de la députée Geneviève Gosselin-Fleury, du maire de Cherbourg-en-Cotentin Benoît Arrivé, et du maire délégué Jean-Michel Houllegatte.

avril 2016 DCNS contrat australie

Un projet de jumelage de la ville de Cherbourg et celle d’Adelaïde ainsi que le développement d’échanges sportifs, culturels et industriels sont également à l’étude.

Chômage : moins 60 000 demandeurs d’emplois en catégorie A en mars 2016

Chômage : moins 60 000 demandeurs d’emplois en catégorie A en mars 2016

Après de nombreux indicateurs économiques positifs ces derniers mois (croissance, investissement, balance commerciale, etc.), c’est au tour de l’emploi de repasser au vert. Ainsi, après la légère hausse de février dernier, le chômage redescend en mars 2016 confortant ainsi la reprise progressive de l’économie française. C’est le résultat de 4 ans d’actions et notamment du plan d’urgence contre le chômage lancé le 18 janvier dernier par le Président de la République.

Chômage en France : la plus forte baisse depuis 16 ans 

Mardi, Pôle Emploi a publié les chiffres du chômage pour mars 2016. Avec 3 531 000 demandeurs d’emplois de catégorie A, les compteurs enregistrent 60 000 demandeurs de moins qu’en février 2016, soit la plus forte baisse depuis 16 ans (août 2000). S’agissant des jeunes, avec 508 000 demandeurs de moins de 25 ans contre 542 000 en mars 2015, c’est une baisse de 6,6% sur l’année.

Par ailleurs, l’industrie soutenue par l’Etat, repart en France : du contrat STX-MSC Croisière de 4 milliards d’euros qui achève de sauver les chantiers navals de Saint-Nazaire aux sous-marins DCNS vendus pour 34 milliards d’euros à l’Australie, les fleurons industriels de la France réalisent des performances historiques ces derniers jours.

Ce sont tous les indicateurs économiques qui sont en train de passer au vert depuis quelques mois : redémarrage de la construction après 15 trimestres de baisse consécutifs pour l’artisanat du bâtiment (source CAPEB), production repartie avec un taux d’utilisation des capacités dans l’industrie de +2% au premier trimestre (source INSEE), plus de 20 milliards d’euros d’exportations l’année dernière (source Banque de France) ou encore 40 milliards d’euros d’investissements directs étrangers en France en 2015, soit le plus haut niveau depuis 2008 (source Banque de France).

Une reprise portée par les dispositifs en cours

D’autres mesures vont encore produire leurs effets. Le dispositif Embauche PME – lancé pour soutenir l’emploi des TPE et PME françaises dans le cadre du grand plan d’urgence contre le chômage annoncé par le Président – est aujourd’hui à un rythme de 5 000 embauches par jour et porte celles-ci, avec un total de 230 000 nouvelles embauches réalisées en 3 mois (dont 70% de CDI), à leur plus haut niveau depuis 5 ans (source ACOSS). Le second volet du plan – qui comprend 500 000 formations destinées à doper les emplois dans les métiers qui peinent à recruter- se déploie actuellement lui aussi.

Le Gouvernement et sa majorité avaient fait de la lutte contre le chômage la priorité du quinquennat, aujourd’hui les politiques engagées portent leurs fruits.

Nous devons redoubler d’efforts dans les prochains mois pour confirmer cette tendance afin que nos concitoyens en voient les effets concrets. Les députés PS de la Manche demeurent mobilisés sur ces enjeux essentiels pour la vitalité de nos territoires.

QAG 26 04

Un contrat historique pour DCNS

Geneviève Gosselin-Fleury,  a interrogé le Ministre de la Défense, M. Jean-Yves le Drian, lors de la séance des questions au Gouvernement ce mardi 26 avril, sur le contrat historique d’un montant de 35 milliard d’euros conclu entre DCNS et l’Australie pour la commande de 12 sous-marins. Ce contrat est le résultat d’un savoir-faire industriel unique au monde, celui de nos ouvriers et de nos ingénieurs français des établissements de DCNS. Il apporte la démonstration que la France est un acteur industriel de premier plan dans le domaine militaire et reconnu comme tel sur la scène internationale. La députée a ainsi demandé au Ministre de préciser l’impact de cette victoire industrielle sur les différents établissements industriels, dont celui de DCNS Cherbourg pour lequel on évoque un plan de charge de 4 millions d’heures.

La Ministre a répondu qu’il fallait à présent travailler sur le contrat définitif qui devrait être prêt d’ici la fin de l’année. D’ores et déjà il a affirmé que plusieurs sites industriels seront concernés, Cherbourg bien entendu, mais aussi Brest, Lorient, Nantes ainsi que plus de 200 entreprises sous-traitantes. Il a souligné que ce contrat était le résultat d’une méthode, celle de la discrétion, mais aussi du travail collectif conduit par les militaires, les diplomates et le Ministère de la Défense.

Geneviève Gosselin-Fleury se rendra au siège de DCNS cette après-midi, aux côtés du Président de la République, du Ministre de l’Intérieur et du Ministre de la Défense.

 Vidéo de la Question au Gouvernement

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.3860939_571f6475bbc1d.2eme-seance–questions-au-gouvernement–reforme-du-conseil-siperieur-de-la-magistrature–election-26-avril-2016#

 

 

 

Une mission sur l’organisation médicale d’urgence sera conduite dans la Manche

Suite à leur rendez-vous au Ministère des Affaires sociales et de la Santé le 2 mars dernier, les députés de la Manche Geneviève Gosselin-Fleury et Stéphane Travert ont obtenu que soit retenue leur proposition de trois Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT)  dans la Manche : dans le Cotentin, à Saint-Lô et à Avranches, avec l’exigence d’un travail commun de préfiguration à moyen terme d’un seul GHT dans la Manche.

Les députés avaient également attiré l’attention de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Mme Marisol Touraine, sur les risques liés à la fermeture du service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) secondaire de Granville.

La Ministre vient de les informer par courrier qu’une mission nationale conduite par le professeur Pierre Carli, chef du SAMU 75, va être mise en place dans trois départements, le Calvados, la Manche et l’Orne afin de faire le point sur l’organisation de l’aide médicale urgente et proposer « des évolutions susceptibles de garantir à tous, dans un contexte de démographie médicale fragile, l’accès à des soins urgents de qualité et en toute sécurité, sur l’ensemble du territoire » . Le département de la Manche est couvert actuellement par sept SMUR.

Par ailleurs, à la demande de l’ARS, trois établissements de référence de la Manche (Cherbourg-Valognes, Saint-Lô, Avranches-Granville) travaillent actuellement à la mise en place d’une ligne de transport médicalisé secondaire localisée à Saint-Lô, qui permettrait de répondre aux besoins de transferts hospitaliers, en complément du SMUR répartis sur le territoire. Sur le site de Granville, actuellement l’offre de proximité est garantie par l’existence d’un service d’urgences et le maintien d’une ligne de SMUR.